Projet de voyage 2009

Comme chaque année au printemps, des fourmis dans les jambes, l’envie de partir, vélo migrateur?

    Pour quelle destination? La question revient mais les paramètres ne changent guère: 1) en voyageant seul, je préfère rester en Europe 2) visiter si possible de nouvelles régions 3) ne pas trop me prendre la tête pour aller au point de départ, ou pour un éventuel retour rapide; pour moi l’avion est d’un accès trop difficile (accès à l’aéroport, emballage du vélo, coût du surpoids etc.) 4) je remets à plus tard les régions dites pluvieuses (Grande-Bretagne, Irlande) 5) si possible avoir un minimum de confort à un prix raisonnable, et comme je ne campe pas, le budget peut vite devenir conséquent.  Je le reconnais ces critères sont très subjectifs, mais il y a autant de façons de voyager que de voyageurs, alors…
    La première idée fut de retourner en Sardaigne que j’avais bien appréciée en 2008, pour cette fois continuer par un tour approfondi de la Sicile; par bateau c’est très accessible avec un vélo, pas besoin de réserver et les nuits en couchette remplacent des nuits d’hôtel.

    Mais, tout à fait opportunément, il a été évoqué il y a 3 semaines sur le forum de la Confrérie des Cent Cols une randonnée en Espagne sur la LPE ligne de partage des eaux, c’est-à-dire au plus près d’une crète virtuelle qui séparait les rivières dont les eaux s’écoulent vers la Méditerranée de celles dont les eaux préfèrent l’Atlantique; le parcours n’est pas tout à fait finalisé sur ses 2600 km, mais comme je le prends plus comme un thème de voyage que comme un brevet, ça sera très bien.
    Et puis il faut dire que j’aime bien rouler en Espagne (qualité sécurité et tranquillité des routes; que j’aime beaucoup les paysages d’Espagne, même quand ils sont vides comme la Manche ou la Castille ce sont des’sites‘; que j’aime bien les villes et leur grand-places animées; et que j’aime parfois les Espagnols tantôt chaleureux (plutôt les Basques) tantôt hostiles (plutôt au Sud). Accessoirement aussi: la cuisine est goûteuse, les fontaines sont nombreuses, et il y a une tradition d’hébergement par l’habitant qui est bien pratique dans les régions désertes. Inversement, on dîne très tard ce qui assure des digestions très difficiles; et il peut faire très très chaud, j’ai déjà testé! Et cette fois encore, si je fais tout le trajet, ce sera du 40° sur les routes d’Andalousie à la fin Juin.
    Le point de départ pour la LPE étant Saint-Jean Pied-de-Port en Béarn, quelle bonne occasion pour ‘faire la route du Puy’, la Via Podiensis , le chemin français vers Compostelle le plus fréquenté; (j’ai déjà roulé les voies d’Arles (Via Tolosana) et de Vézelay (Via Lemovensis)). Ce sera peut-être l’occasion de quelques rencontres, et ça fera une bonne mise en jambe, car il y a longtemps que je n’ai plus tâté de la montagne.

    Au programme donc: 1000 km pour rejoindre St Jean PdP puis environ 2600 km d’un trajet assez compliqué pour atteindre Tarifa et regarder l’Afrique (Vous pouviez vous faire une idée du projet sur le site au mois de Mai, maintenant que le voyage est terminé c'est le parcours réalisé qui est accessible, CQFD). Au passage jetez un œil à la fidèle monture qui m’accompagne.
Pour le retour ? … on verra quand le moment sera venu!

Rédigé en Mai avant le départ, corrigé en Juillet après le retour.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :