4 semaines à Madagascar

Publié le par Pierre qui roule

Ci dessous, la récapitulation des messages envoyés au fur et à mesure des opportunités (rares) de connexion pendant le voyage.
Les illustrations sont à chercher sur le site: photos et
diaporamas
Et avant la lecture vous pouvez démarrer la musique ...


J'Y SUIS  (message collectif du 17 Septembre)


Bonjour à tous, ceux qui arrivent bientôt et ceux qui sont en France

Bien arrivé, vol confortable avec 1h d'escale à Nosi Bé
En 1ère impression, vu du ciel et sur les 2 premiers Km de taxi, ça ressemble à l'Asie pour la terre rouge et les rizières.
Le visa a priori arrangé, plutôt que de payer 60€, j'ai été pris en main par un policier qui m'a fait passer vite vers le tamponneur qui m'a demandé 20€, le flic a fait le surpris, déçu, je lui ai donc rallongé 10€ ; moitié prix donc, mais l'anecdote est surtout intéressante pour la mise dans le bain !
Puis dans l'aéroport, les porteurs les changeurs et les taxis vous sautent dessus.
Après hôtel très correct, chambre à 16€ avec douche, WC; et pour aller au cyber à 500m plus personne pour me coller ; il faut dire que c'est dans le coin de l'aéroport à une quinzaine de km de Tana.
Cet aprèm' je tente le parc zoologique et botanique : chasse photo aux lémuriens.

Dépêchez-vous les cyclos ; il fait bon, un peu couvert, et pas encore de moustiques.



INSTALLATION  (message collectif du 18 Septembre 09)

Je commence à prendre quelques marques.
Après-midi d'hier OK, avec aller-retour en taxi au parc à lémuriens. 1000Ar pour les résidents / 10000Ar pour les étrangers. J'ai refusé le guide à l'entrée parce que je voulais être tranquille pour faire des photos ; mais 200m plus loin j'ai été pris en charge par un jardinier qui ne m'a plus lâché et qui a bien su réclamer le juste prix qu'il estimait pour la visite. Ceci dit il était très compétent en botanique et m'a fait sentir les feuilles, fleurs, graines à usage médicinal (tradition malgache), il a déniché un petit caméléon et a repéré les lézards sur les arbres. Quelques espèces de lémuriens en semi-liberté sur des îlots (ils ne savent pas nager) mais les autres lémuriens et oiseaux étaient dans des cages très moches, les serpents dans des vivariums médiocres, dommage !
Retour avec le  taxi de l'hôtel, sympa mais on ne m'avait pas encore fait le coup de la panne ! pas grave, on était en ville et 3 ados nous ont poussés jusqu'à la pompe; mais il n'a pris qu'à peine 4 litres ; ce matin j'avais un peu peur de retomber en panne dans les embouteillages.
 
Il fait nuit vers 18h30.
Soirée écourtée pour récupérer de la nuit dans l'avion.
 
Ce matin rendez-vous en ville à 9h30 avec l'organisateur (et un Belge surprise qui se joint au groupe des Français). On se sent nettement plus à l'aise en ville à plusieurs où nous sommes vraiment les seuls blancs. Beaucoup de monde dont de nombreux enfants qui ne sont pas à l'école ! (j'apprendrai plus tard que la rentrée n'est que le 5 Octobre) Repérage des 'magasins de vélos', visite sur le marché à la ferraille où il y a d'antiques pièces détachées de bécanes. De retour, le prix des vélos n'a pas baissé, mais, bon, pour moins de 70€ on en commande 2 ; mais il faut surtout les faire règler, tout est à faire: freins, dérailleurs, rayons. On les recherchera vers 15h00 après avoir fait durer le déjeuner. La réception prendra encore une heure, tout est à refaire ...
Et on ajustera certainement encore sur la route ...
 
Mes 2 collègues sont logés en ville, donc je vais passer une dernière soirée en solitaire.
Profitez bien de ce message, car il paraît que plus tard en brousse les connexions seront plus rares ...
Et grand merci à tous ceux qui ont déjà envoyé quelques mots, il est malheureusement difficile de répondre individuellement.


NATIONALE 7 (message collectif du 22 Septembre)

Ca y est le groupe est lancé plein sud sur la Nationale 7 (mêmes bornes blanches et rouges), très belle chaussée plus ou moins vallonnée ; nous tournons entre 1300 et 1500m ; très beau temps d'où coup de soleil surprise.
200 km en 2 jours, mais déjà une journée de 'repos' pour faire à pied le tour d'un très beau lac volcanique, puis visiter le marché local ; Antsirabe est une ville thermale importante ; en campagne, il y a beaucoup de travaux agricoles, principalement pour retourner à la pelle les rizières qu'il faut préparer pour la saison des pluies qui arrivent dans un mois. C'est le printemps et les arbres sont en fleurs.
Les gens sont très très gentils, souriants ; bien sûr c'est aussi très misérable et les enfants sont en guenilles.
Le groupe est très homogène et fonctionne bien.
Nos 2 vélos locaux (70€ pièce, je précise ; j'apprends à marchander, mais quand même ...) sont assez 'pouraves' ; mon collègue a perdu une manivelle de pédalier (il manquait un écrou) et a du jeu dans la direction ; j'avais aussi un pédalier desserré et mon dérailleur reste très très aléatoire, il faudra sans doute faire avec un seul plateau. Heureusement qu'on a des bricoleurs chevronnés, avant d'avoir recours aux nombreux ateliers du bord de la route.
Je file, il fait nuit noire et on a l'apéro à 18h30!


GRANDE DESCENTE  (message collectif du 29 Septembre)

Nous avons quitté les Hautes Terres, plateaux puis paysages de montagne avec de nombreux petits cols, donc finalement très variées, dominante rouge avec quelques forêts d'eucalyptus, mais de nombreux brûlis; la déforestation est active pour la production de charbon de bois. Descente au sud jusqu'à la visite d'un petit parc où des lémuriens Cata (ceux qui ont la queue rayée) vivent en milieu naturel. Les caméléons sont rares mais quand on nous les montre, ça aide! gros criquets bleus, les papillons sont insaisissables. Les gens sont toujours souriants et nous saluent 'bonn'jou Vazaha' mais les enfants demandent souvent systématiquement 'donne-moi l'argent' mais sans y croire, on les amuse beaucoup avec nos caleçons (les cuissards); beaucoup de joie de vivre mais ils n'ont pas grand-chose pour s'amuser, 2 roulettes au bout d'un bâton c'est le top; on a aussi vu un petit de 6-7 ans qui cassaient des cailloux au marteau :-(((
La transition à l'est s'est faite par la jungle luxuriante; du vert reposant, bananiers, arbres du voyageur. Mais plus de belles maisons à un étage en brique ou pisé; seulement de petites cases en planches couvertes de feuilles (d'arbre du voyageur). Changement de temps aussi avec un après-midi de pluie, mais comme nous ne roulions pas, ça aura fait la première occasion de sortir les 32 cartes de belote.
Après avoir roulé au sud avec le soleil dans le dos, nous avons à peine commencé à remonter au nord avec le soleil de face; il m'a fallu un moment pour m'y faire !
Arrivés hier au niveau de la mer, aujourd'hui était repos avec visite sympa dans un village de pêcheurs.
Encore 100km demain, puis faute de route nous remonterons le canal côtier pendant 2 jours en bateau très lent; on a acheté des coussins, mais il paraît que ce sera la passage le plus monotone :-(
Mon petit vélo tiendra sans doute le coup, maintenant que les pédales ont été changées après avoir cassé dans la grande étape de 150km; le plus dur est fait.
 
Donc tout va bien; voyage très sympa et très intéressant; à suivre ... prochaine connexion ???


LA BOUCLE EST BOUCLEE  (message collectif du 8 Octobre)

Retour cet après midi à Tana après une journée contrastée : 20km de piste facile dans les rizières, 40km sur la nationale 2, puis 20km assez terribles pour traverser (contourner) l'agglomération.
C'est un peu le retour du bout du bout du monde, d'où le peu de nouvelles : pas toujours l'électricité le soir, ou 2-3h sur un groupe électrogène, souvent sans réseau téléphonique, alors internet ...
On a remonté la zone côtière très pauvre, même si les enfants s'amusent bien dans l'eau on est certainement au seuil de la misère. Quelques vues sur l'Océan Indien, pas de quoi rèver car il y a des rouleaux terribles, et à part quelques pécheurs qui s'y aventurent en pirogue il est impraticable pour la navigation. Les Français avaient aménagé un canal côtier de 700km en reliant étangs et lagunes. Faute de route, nous l'avons emprunté pendant 2 jours assez pénibles (170km) plus ou moins assis au fond du bateau, et sans le droit d'allumer nos lampes à la nuit pour ne pas attirer les mauvais esprits! Pas de problème pour le pilote, c'était la pleine lune. Il y a en fait eu une semaine assez monotone donc, dommage de compter les kilomètres quand on est au bout du monde.
Mais dès qu'on a pu reprendre un peu d'altitude, c'est redevenu beaucoup plus attrayant.
 
Le circuit vélo est donc terminé; dans la bonne humeur et avec un peloton au complet et en forme. Demain, journée 'tamalou' en mini-bus pour visiter Tananarive; et finalement tous ceux qui jouent la 4ème semaine de prolongation vont se retrouver sur l'Ile Ste-Marie (au nord-est) ; c'était assez compliqué et aléatoire d'organiser au pied levé une excursion en 4X4. Je vais sans doute essayer la plongée sous-marine. 
 
Les nouvelles sont brèves; je me rattraperai avec les photos, déjà 1600, il y en aura bien quelques unes de bonnes ;-))


RETOUR AU FROID (message collectif du 22 Octobre)

En fait je suis rentré déjà depuis 5 jours !
Autant le temps passait doucement à Madagascar où on apprenait à attendre, à ne pas se presser et à vivre à l'heure du soleil, autant ici c'est déjà redevenu la course.
Et quelle différence de climat ! alors ça n'a pas manqué, le rhume d'automne m"est tombé dessus dès la première nuit dans l'appartement non réchauffé :-((

La dernière semaine fut très relax sur l'île Sainte Marie au nord-est. Activité réduite avec quelques sorties vélo sur pistes ou mauvaises routes pour accéder aux jolies plages de carte postale : sable blanc et cocotiers. Ce fut l'occasion d'un baptême de plongée : petits poissons sur coraux ; et d'une sortie d'une journée en bateau à la recherche des baleines à bosse.
Il y en avait encore quelques unes : des femelles qui n'estimaient pas leur baleineau capable d'entamer la migration vers les eaux froides du sud, ou des mâles chanteurs qui espéraient encore avoir le temps de séduire une compagne. Une chance car nous étions très tard dans la saison. Au mois de Juillet on a déjà estimé leur nombre à 2000 dans le 'canal' (le couloir peu profond d'une 20aine de mètres qui sépare l'île de la Grande Terre : 30km de large sur 50km de long). Les baleines viennent s'y accoupler puis mettre bas l'année suivante ; l'eau est chaude et trop peu profonde pour les grands prédateurs (orques et requins).
La rencontre fortuite avec une petite ONG française  a été l'occasion de laisser 4 de nos vélos en bonnes mains.

J'aurai peut-être l'occasion de vous faire part de quelques commentaires plus généraux sur le ressenti de ce voyage ; pour l'instant je m'attaque à la création d'un DVD-diaporama.

 

Publié dans 2009 Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pauline 22/10/2009 18:20


Ravie de constater que j'ai fait partie des "erreurs" d'envoi ou des "oubliées" peut-être !!!
Vite, vite, des photos !