Environnement

Publié le par Pierre qui roule

(cliquez sur les imagettes pour agrandir)
 

Une question intéressante est arrivée par mail concernant l’environnement ; pas facile de donner des éléments sans lire le journal, écouter la télévision ou étudier les statistiques. Néanmoins après un millier de kilomètres en pleine nature je me permets déjà d’avancer quelques propositions.


Je reviendrai d’abord à mon coup de gueule de 2005, au fur et à mesure que je découvrais les parcs d’éoliennes d’Espagne ; nous avons un déficit énorme et ce ne sont pas les 25 nouvelles installées sur les hauts de Dijon qui ont comblé le déficit ; j’en ai vu des centaines, chaque crête est équipée, et rien qu’aujourd’hui (région de Soria) j’ai du en voir autant que je n’en connais dans la France entière.

Plusieurs barrages déjà, bien sur en roulant en montagne j’ai plus de chance d’en voir qu’en plaine, mais il serait intéressant de comparer les productions hydroélectriques des 2 pays. (Sur ce camion, la tête d'une éolienne en kit ; j'ai été doublé par un convoi exceptionnel de 3 porte-chars sur chacun desquels il n'y avait qu'une seule pale!)

 

 J'avais compté 75 éoliennes sur cette sierra en Navare (OK c'est hésitant, mais filmé en gros zoom!)

 

 

Par contre si j’ai bien croisé quelques lignes de chemin de fer qui reliaient des villes importantes (il y a toujours un panneau sur le pont, comme pour les rivières!) elles sont presque toujours à voie unique !!! En fait il y a un réseau routier de très bonne qualité et un réseau autoroutier très dense qui décharge bien les routes nationales. C’est probablement l’option tout voiture qui a été choisie, à un moment où les grands travaux routiers ont du participer à l’essor économique d’un pays un peu en retard sur ses alliés de l’Union Européenne.

 

Ça fait longtemps que j’espère le beau champ de coquelicots, mais s’il en pousse quelques-uns en bord de route, on peut supposer que les champs sont traités comme partout ailleurs…

Jusqu’à maintenant je n’ai jamais eu à demander d’eau car j’ai toujours trouvé une fontaine au bon moment; une tradition espagnole bien sympathique ; si l’eau vient parfois du réseau urbain, les fontaines sont souvent alimentées par des sources naturelles ; on se demande d’où viendrait la pollution dans de telles immensités désertes. Mais je suis resté loin des régions industrielles, il est vrai.


L’album des Mortibi ne se veut pas un plaidoyer contre l’automobile, et d’ailleurs le cheval qui se décompose en plein champ, et le mouton mort (mais pas crevé puisque ) gonflé prêt à éclater nous interrogent sur les normes d’hygiène et de salubrité …


La vente de tabac est interdite aux moins de 18 ans, quoique le distributeur automatique ne doit pas être trop rigoureux dans ses contrôles Par contre il n’est pas interdit de fumer dans les lieux publics, mais l’établissement affiche s’il est permis ou non de fumer; de fait c’est toujours permis dans les bars, et généralement interdit dans la comedor (la salle à manger attenante).

En montagne, beaucoup de pueblos (hameaux, villages) paraissent absolument déserts; on y trouve rarement un bar, voire exceptionnellement une boulangerie. Inutile de s’interroger sur la présence de services publics; sur les routes je ne vois que rarement la camionnette du ‘coreos’ (courrier), et encore jamais de marchands ambulants, ni même de cars de ramassage scolaire; alors bien parti pour la désertification totale?


L’environnement des Espagnols c’est aussi la télévision allumée en permanence, dans certains bars il y en a même parfois 2 ou 3 qui peuvent diffuser des programmes différents ! Pour ce que j‘en ai vu, il y a pour moitié de la pub, pour moitié des infos, pour un quart Zapatero (Sarko c’est rien à coté!) et pour un dernier quart des jeux bêtes (à la Dechavanne mais leur brune n’arrive pas à la cheville de notre blonde) et des émissions comme ’Hermano mayor’ (le grand frère) ; ça ne laisse plus beaucoup de place pour le cinéma et la culture, ou alors à des heures où les Français sont déjà couchés.

Encore ces 2 photos prises au même moment du même endroit pour montrer que la rue, ou la place centrale sont des endroits de rencontre importants et pour toutes les générations ; c’est parfois de la folie les Vendredi et Samedi soir.


C’était un petit tour d’horizon subjectif que j’espère correct.


En prime une petite blague perso sur le verglas: « hielo ! goodbye? », ben oui, ce n’est pas un sous-marin! (private joke dédiée aux fans des Beatles)


et une petite chanson sur le thème :

 

Publié dans 2009 Espagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pauline 11/06/2009 21:44

Des photos, des films, de la musique et surtout des textes...jusqu'où va-t-il aller ?Pense quand même à dormir, de temps en temps, et...pas sur le vélo !Tu me régales. Ton blog est très vivant...on entend même ta respiration vers les éoliennes !!!