Des Tips des Taps

Publié le par Pierre qui roule

CARTE POSTALE

 

Route magnifique depuis St-Just-St-Rambert; balcons et gorges de la Loire; passage par les gorges de l’Allier, montée sur la Margeride, traversée de l’Aubrac, descente sur le Lot mais passage dans la vallée du Dourdou, puis re-Lot, puis Célé par le Quercy puis re-Lot.

Ou depuis Saône et Loire (71), Loire (42), Haute-Loire (43), Lozère (49), Aveyron (12), Lot (46).

Ou quelques uns des plus beaux villages de France, dont St-Côme d’Olt, Estaing, Figeac, pour arriver à Cahors (visite demain matin) + coup de cœur pour Conques (voir album-photos, mais brutes de carte mémoire sans recadrage ni retouche; dommage pas de soleil).

Point culminant sur la route du OuyUne journée très dure au départ du Puy pour monter sur l’Aubrac, maintenant c’est de la promenade.

C’est vert partout et très fleuri; le thermomètre monte souvent à 30°, et les orages sont parfois menaçants. A rouler sud-ouest encore et toujours, les bras sont cramés et le nez pèle!

Biz

@+

 

LES TYPES D’ETAPE

 

Les journées s’organisent différemment.

 

Dimanche, bien du temps pour arriver sur un lit réservé, alors l’occasion de visiter à gauche et à droite.

Lundi, un objectif improbable pour aller chez un ami qui m’attend. 149km disait Google, 161 en fait mais avec la chance, le vent a bien aidé et c’était quand même très plat dans la plaine du Forez. Inversement, ce n’était pas une route passionnante, avec quelques passages à grande circulation.

Mardi, je me suis mis un peu en retard en profitant du PC jusqu’à 11h, mais pas d’objectif précis; le Puy en Velais était donc très suffisant. Mais très belle route de bout en bout sur les « Balcons de la Loire » d’abord puis dans les « Gorges de la Loire » jusqu’au Puy. Belle journée de paysages fleuris, pour arriver à une heure très correcte (18h45) à l’AJ; le temps de se laver, de dîner et encore de visiter la vieille ville à la tombée de la nuit.

Maintenant ce seront des étapes plus hasardeuses avec passages ’loin de la civilisation’ mais en comptant sur les hébergements pour pèlerins en principe bien répartis sur le chemin (peut-être pas sur la route ?…). A peine 700km en France.

En Espagne, il n’y aura plus de gîtes pèlerins …

 

Mais maintenant par contre, je n’ai plus de rendez-vous ni de réservations, donc toute liberté pour m’arrêter si une opportunité est à saisir ou si la météo devient mauvaise (les orages du soir) mais aussi pour continuer en cas de grande forme! ou devant des offres trop coûteuses ou, ou, ou …

 

Tout ça c’est une présentation théorique; restent les aléas.

Deviner que Mercredi, en début de W-E de pont d’Ascension, l’Aubrac sera envahi par des marcheurs à la petite semaine (c’est le cas de le dire) qui ont tous dûment réservé leur lit. Compter sur la gentillesse des gens qui prennent le téléphone pour vous trouver une place chez leur confrère; OK pour un gîte immanquable (quand on est sur le chemin), que je manque (je suis sur la route); au village d’après, même si on doit pouvoir y loger, il me parait plus correct de revenir honorer ma réservation; mais … entre-temps le lit a été attribué à un marcheur sans doute encore plus en galère que moi; revenir au village précédent, 11km pour rien après une journée belle mais bien dure, et obtenir de la boulangère une clé d’une chambre (avec douche WC pour 14€) dans le gîte désert (compter sur ma chance!) et obtenir du bistrot en face qu’il me bricole une salade, un reste de nouilles et un peu de charcuterie (compter sur ma chance et sur la gentillesse des gens).

Et donc morale de l’histoire, comme d’hab’ tout finit par s’arranger!

 

Et ça reprend le cours normal; en arrêtant tôt à Conques, j’ai le dernier lit du gîte communal; 32 dans le dortoir mais pas un seul ronfleur; bien le temps de visiter cet endroit magique après le départ des touristes. En prenant le temps de visiter l’insolite Musée de l’Insolite dans les gorges du Célé, j’ai le dernier lit de la nouvelle auberge de jeunesse de Cahors (dans une vieille maison de retraite, la ronde des générations!) soit en fait une chambre individuelle. Touche du bois ….

Publié dans 2009 France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maurage 07/08/2009 11:38

Bravos pour tes photos qui sont comme à l'accoutumée magnifiques et surtout tu donnes le mode d'emplois, bien pratique pour moi qui ne suis pas une as de l'ordinateur. Marie Jo

michel Poncelet 25/05/2009 16:23

de grenaille errante à pierre qui roule......Que de bons souvenirs tu me rappelles: (en 1998 nous avons  fait ce même chemin,avec Joseph mon copain ).Malheueusement,un peu la,tête dans le guidon (2200 km en 14 jours) ex: sommes passés à 1 km de Conques (dans la vallée,avons même bu un café sans voir l'abbaye:ce n'est qu'après le voyage que je me suis rendu compte qu'il ne fallait pas la louper!!!!!)Néanmoins le soir nous visitions toujours la ville étape à pied ,avant le repas du soir.Avons logé à Burguete (Ronceveau) dans un hotel magnifique tout en bois à droite à l'entrée de ce magnifique village.S'il est encore temps ,je te le recomande .Profites bien,je t'envie tellement que j'ai programmé Florenville-Brest  en 4 jours (15-19 aout)Marie-Noelle me rejoindra enTGV . avec son vélo (ou location) et nous découvrirons la Bretagne ensemble pendant une douzaine de jours avant mon retour à vélo début septembre.Visite à Alain Brechon et Martine Gaston  prévue.Voici donc notre programme,bien pâle à côté de tes aventures....Sommes heureux de pouvoir  te lire  .Bravo pour pour tes articles.Continues seulement,nous les lisons avec grand intérêtMarie-Noelle et Michel de Florenville

ADSp 23/05/2009 21:57

déçue...pas de gros plan sur le nez pelé! 

Francis 23/05/2009 07:39

Conquis par Conques ? Le beau Pierre pelé cramé et les belles pierres qui roule qui roulent, roule ta bosse ta bille et plein de photos dans le bobineau. Sans pour autant retourner à Conques, saurais-tu pourquoi, alors quà l'extérieur bon nombre d'ouvertures de l'édifice religieux semblent occultées, l'intérieur est si lumineux ? Merci aussi pour les belles pierres païennes et le minou fleuri. Tu me démange les pédales, si je mets le nez dans les cartes, le taf me r'voit plus !" à treize ans j'ai reçu en cadeau un vélo. Depuis, on ne m'a plus revu." Paul MORAND(Quelle chance avec les hébergements, chez nous aussi à Beaune, personne ne ronfle !)

Pierre qui roule 25/05/2009 14:37


Les vitraux sont de Soulage, en verre monochrome, blanc ou gris; de l'extérieur on dirait du bois; de l'intérieur ... il faut aimer.
Courage, tu vas bientôt pouvoir charger la bête...


Pauline 22/05/2009 22:57

Tous ces noms (l'Allier, la Margeride, l'Aubrac, la vallée du Dourdou, Estaing, Conques...) me font rêver et me remettent en mémoire mon 1er grand voyage à vélo, de Beaune en Ariège, découvrant ce relief magnifique mais souvent âpre. Tu dois toujours te régaler, toi qui grimpes bien.C'est extraordinaire le nombre de coups de chance consécutifs ! Qu'as-tu fait pour en mériter autant ?"Bras crâmés, nez pelé"...il doit être beau, l'ami Pierre ! Tâche de te faire une beauté avant ton retour !Bon vent et amitiés de Pauline.PS L'instit' n'est pas contente que les corrections demandées ne soient toujours pas faites !!!